Home » Film » [Film] John Carter: mon avis mitigé
Image du film "John Carter"
© 2012 Walt Disney Pictures − Tous droits réservés.

[Film] John Carter: mon avis mitigé

John Carter

Un nouveau monde vous attend.

20122 h 20 min
Résumé

L'ancien capitaine John Carter, las de la guerre, se retrouve mystérieusement transporté sur la planète Mars, où il se retrouve impliqué malgré lui dans un terrible conflit entre les habitants de cette planète, y compris Tars Tarkas et la fascinante princesse Dejah Thoris. Dans un monde au bord du gouffre, Carter redécouvre son humanité en prenant conscience que la survie de Barsoom et de ses habitants est entre ses mains.

Métadonnées
Titre John Carter
Titre original John Carter
Réalisateur Andrew Stanton
Durée 2 h 20 min
Date de sortie 7 mars 2012
Budget $250 000 000
Détails
Note Mauvais
Images
Acteurs
Avec : Taylor Kitsch, Mark Strong, Willem Dafoe, Ciarán Hinds, Samantha Morton, Thomas Haden Church, Dominic West, James Purefoy, Bryan Cranston, Polly Walker, Daryl Sabara, Arkie Reece, Davood Ghadami, Pippa Nixon, Lynn Collins, Christopher Goodman

Affiches dans le métro, pubs, trailers, on ne peut pas louper le dernier film de Disney, John Carter. Avec son univers rappellant Star Wars et un monde ressemblant à Tatooine, le film d’Andrew Stanton donne envie. Les trailers montrent des humanoïdes à quatres bras, des singes géants combattant le frêle héros dans une arène et une superbe jeune femme; ça fait envie.

 

Ainsi l’action commence dans l’amérique du 19ème siècle et on suit le neveu de John Carter qui a hérité de la fortune de son oncle, et surtout de son journal intime.
On apprends que ce millionnaire est un chercheur d’or ayant découvert une mystérieuse grotte qui l’a transporté sur Mars (appelée Barsoom par ses habitants) – je passe volontairement les détails. La planète est désertique et la gravité y est plus faible que sur Jasoom (la Terre), John peut donc sauter plus haut, bien plus haut.

Et voici la seule chose qui différencie ce film d’Avatar, notre héros est super fort, plus rapide, plus fort et saute plus haut, il devient rapidement l’homme à abattre, le héros invincible se faisant 200 autochtones à lui tout seul. Il va essayer de sauver la belle Dejah Thoris (Lynn Collins) des griffes du grand méchant joué par Dominic West. Ce dernier à d’ailleurs un pouvoir assez destructeur qui n’est, au final, que très peu utilisé.

Image du film "John Carter"

Vous l’aurez compris, niveau histoire c’est pas la joie, par contre les décors claquent. J’ai vu le film en 3D et depuis Avatar c’est le deuxième film que je vois qui tire vraiment parti de la 3D, c’est juste super beau, Mars est sublime et malgré les décors assez peu variés, certaines scènes sont magnifiques. Les mouvements de caméra sont excellents et renforcent à merveille le coté épique du film. Les villes et les humains arborent un style très oriental et futuriste, on passe du petit village crasseux à la capitale au style épurée qui m’a fait pensé au Taj Mahal.
Les Tharks sont plutôt réalistes avec leur identité propre et ressemblent aux Gungans de Star Wars, ils sont primitifs, guerriers mais bizarrement assez attachants mêmes si leurs choix moraux ne plairont pas à tout le monde.

Mention spéciale aux personnages, ils manquent cruellement de profondeur, de part son physique de Conan le Barbare, son coté leader à la Spartacus et son romantisme matchiste jusqu’au bout, John Carter est l’archétype du bourrin, grudu basique. Il se baladera évidemment torse nu tout au long du film. La princesse Dejah est la Peach du film, elle sait se défendre mais est soumise face à son père et reste incapable de faire face à son futur époux – le grand méchant rappelez-vous.
Tout comme FF XIII, le personne secondaire reste le plus charismatique. Il s’agit ici d’une espèce de gros chien à six pattes à tête de Carlin. Il est rapide, mignon et tout simplement craquant. Il est tellement con et fidèle qu’on s’attache très rapidement à ce gros toutou.

chien-John-Carter

A gauche, le personnage le plus charismatique du film.

Au final, John Carter est un film pop-corn tout ce qu’il y a de plus banal, l’histoire n’est pas extraordinaire, les scènes marquantes sont celles du trailer et les personnages sont des copier-coller des héros existant. Le film tire toute son essence la 3D quasi parfaite et de son univers. Mention spéciale à la fin qui rattrape à elle seule la totalité du film.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Critique – Your Name: Kimi no Nawa – Entre Tradition et modernité

Makoto Shinkai représente pour beaucoup l’espoir de l’animation japonaise, en effet l’arrêt prochain des films de Hayao Miyasaki laisse présager des années noires pour l’industrie. Le monde de l’anime essaie de rogner sur les coups et fait souvent des productions au rabais. A côté de ça on a Shinkai, réalisateur de 5 Centimètres par secondes et Garden of Words qui fait partie de mon top 5 japonais. Et désormais Your Name alias Kimi no Na wa !

3 commentaires

  1. Eh bien écoute, je te remercie sincèrement! J’arrêtais pas de voir des affiches partout, j’avais vu la Bande Annonce mais j’étais jusqu’à aujourd’hui encore très indécis. Et donc d’après ce que tu me dis, une fois de plus le cinéma SF est toujours incapable de produire quelque chose qui soit aussi bon que le budget pub est élevé… C’est de pire en pire…
    La dernière fois que j’ai « kiffé ma race » en regardant un film SF c’était avec la sortie en DVD/Bluray de DiscWorld … Des effets spéciaux pas très poussés mais une réalisation très très très très très très très très très très […] très satisfaisante ^^

  2. j’ai vue la bande d’annonce et je me suis dit c’est quoi cette bouriquerie, franchement ca me tente pas du tout

  3. Ah oui c’est vrai la copie de Star Wars 2 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Épinglez