Home » Film » [Film] Lucy, si nous étions intelligents

[Film] Lucy, si nous étions intelligents

Lucy

On utilise en moyenne 10% de nos capacités cérébrales. Elle est à 100%.

20141 h 29 min
Résumé

Lucy, une jeune étudiante ordinaire, se fait kidnapper. A son réveil, elle découvre que les membres d'une organisation criminelle lui ont inséré un paquet de drogue dans l'estomac dans le but de lui faire passer la frontière. Mais lorsqu'à la suite d'un coup porté à son ventre le produit se déverse dans son corps et s'implante dans son système, la jeune femme en subit les étonnants effets. Cette substance synthétique lui permet de décupler ses capacités intellectuelles et physiques. Devenue un génie autant qu'une véritable machine de guerre, Lucy dispose désormais de pouvoirs illimités et surhumains...

Métadonnées
Titre Lucy
Titre original Lucy
Réalisateur Luc Besson
Durée 1 h 29 min
Date de sortie 25 juillet 2014
Budget $40 000 000
Détails
Note Pas mal
Images
Aucune image importée pour ce film.
Acteurs
Avec : Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Choi Min-sik, Amr Waked, Julian Rhind-Tutt, Pilou Asbæk, Analeigh Tipton, Shin Chang-Soo, Seo Chong-Ju, Nicolas Phongpheth, Paul Lefèvre, Jan Oliver Schroeder, Luca Angeletti, Pierre Poirot, Pierre Grammont, Bertrand Quoniam, Loïc Brabant, Pascal Loison, Pierre Gérard, Isabelle Cagnat, Frédéric Chau, Claire Tran, François Legrand, Bob Martet, Cédric Chevalme, Alexis Rangheard, Tonio Descanvelle, Julien Personnaz, Christophe Lavalle, Renaud Cestre, Thibault Segouin, Matthew Bravais, Claire Zaniolo, Alessandro Giallocosta, Wolfgang Pissors, Sifan Shao, Paul Chan, Chou Chung-Wei, Huan Jhih-Cyuan, I. Cheng-Sheng, Frank Ma, Tseng Sheng-En, Liu Hsieh-Min, Sandra Abouav, Abel Aboualiten, Ken Lin, Feng Hsing, Hao-Hsiang Hsu, Laura D'Arista, Eunyul Hong, Samuel Churin, Mason Lee, Mohammad Aslam Ansari, Kevin Dust, Diego Llano, Timothy Reevis, Jaysson Reyes De La Cruz, German Tintaya Mamani, Kanneti Sawe Han

Luc Besson est français, mais pas un français qui veut faire des comédies aussi chiantes que romantiques, non c’est un  réalisateur qui veut faire des films à l’américaine, avec des vrais acteurs et des explosions. Du Cinquième Elément à Angela, Besson essayait de tout faire péter, sauf qu’à défaut d’hélicoptère, lui il n’a que de pauvres voitures de polices. Du coup les films de Besson sont tous un peu naze, téléphonés…. Tout comme Lucy que je viens de voir.

Sauf que cette fois-ci il a du budget, des vrais acteurs américains connus pour leur talent. Et forcément ça passe mieux. Car contrairement aux critiques de cinéma capables de glorifier Transformers 4 à cause du champagne fourni à l’avant-première tout en relayant Her et The Grand Budapest Hotel au rang de films bobos et chiants, moi j’ai aimé Lucy.

Les malheurs de Lucy !

Lucy onde
Toi aussi lit dans les ondes 3G

Ok le début du film est un énorme facepalm. Le postulat de base vient du mythe comme quoi nous n’utilisons que 10% de notre cerveau. En réalité c’est un abus de langage, en fait 90% de nos neurones sont inactifs, car nous ne les utilisons pas tous en même temps. Du coup cela ne veut pas dire que nous avons des superpouvoirs cachés.

Et pour poser le sujet et l’expliquer aux spectateurs neuneus que nous sommes, un double parallèle est fait entre les malheurs de Lucy, le discours du neurologue Morgan Freeman et la vie.
Autant M. Freeman nous explique plutôt bien que malgré que l’Homme soit con il a tout de même réussi à construire tout ce que nous avons, et qu’on pourrait, en théorie, devenir des surhommes en utilisant plus que 10% de notre cerveau (ce qui ferait pas de mal à certains) . Autant la partie documentaire est totalement à chier (surtout la partie reproduction aka porno), Noah a fait pareil et le film était bien pourri mais là on atteint une autre dimension.

« Regarde ce guépard guettant sa proie, je le met au cas où tu comprendrais pas que Lucy est un peu dans la merde »

Merci Luc mais on n’est pas si débile que ça, 10 neurones c’est largement assez pour comprendre le scénario de ton film. Seul parallèle intéressant, la présence de Lucy, la première femme au monde.

Lucy se retrouve mêlée aux cartels chinois, ceux-ci comptent exporter une nouvelle drogue, du liquide maternel de synthèse (en gros). Et ont besoin de mules, un Allemand, un Français, un Italien et une Américaine se retrouvent donc avec des pilules bleues dans le bide. Et comme Scarlett Johansson est une femme, les chintocs essaieront de la violer ce qui ouvrira le sachet et c’est parti pour le feu d’artifice dans le corps. Ça m’a rappelé le dessin animé sur le corps humain, me demandez pas pourquoi.

D’étudiante pupute et coconne, Lucy passe de blonde intelligente débarrassée de toute émotion. Du coup la voici écartant les jambes façon Basic Instinct, tuant des chinois façon Old Boy, manipulant le temps et l’espace façon Inception, ayant le corps encore plus torturé qu’un mutant de la Justice League, mettant à mal l’informatique, apprenant plus vite qu’une étudiante ayant ses partiels le lendemain et remettant en cause l’intégralité des connaissances de l’humanité façon 2001, l’Odyssée de l’Espace mais en plus rapide.

C’est copié sur tout le Top 10 des films préférés du réalisateur mais au pire on s’en fout car Scarlett « Lucy » Johansson est droguée.

T’en as trop pris gros !

Lucy gif oeil

Lucy est à voir sous LSD car le film est diaboliquement efficace, mélangeant théorie scientifique fumeuses et scènes défilants à 100 à l’heure. D’autant que l’esthétique du film est diaboliquement belle si on écarte les quelques effets spéciaux franchement moisis mis là pour montrer que « les français aussi arrivent à balancer des bagnoles ».

Lucy s’éveille et elle est vénère, plus badass que le Jason Statham de Crank. Le tout joué par une Scarlett Johansson à la hauteur de son rôle, bien plus à l’aise que dans le costume de la veuve noire. Elle sait nous faire vibrer avec son regard de tueuse au sang-froid, rétrécissant du même coup la longueur des dialogues.

Avec une réalisation réalisée sous Speed, le film prend une toute autre ampleur, un peu comme si on nous montrait tout ce qu’on voudrait faire dans la vraie vie, y compris avoir la Force de Star Wars. Lucy est omnisciente, omnipotente, l’Humanité toute entière est contenue dans son être. A elle de laisser quelque-chose au reste du monde.

Le film nous montre que la drogue c’est mal… mais vachement cool !  Un bon vieux trip sous acide où tu vois plus que des poneys roses. Sauf que cela à un prix, la détérioration du corps qui ne peut pas suivre le rythme effréné du développement du cortex. Lucy est ce que l’humanité a toujours voulu mais a toujours eu peur, l’accès à toutes les connaissances.

A côté de ça à quoi servent le reste des humains du film ? Ceux-ci se battant au pour atteindre une déésse qui n’en a cure. Je pense qu’ils servent à donner une once d’humanité à cette œuvre surfant près des portes de la métaphysique.

« Ouin ouin Lucy est moyen et Besson sait juste copier les autres films. » On ne va pas au cinéma pour écouter une thèse de neuroscience mais pour se divertir, oui Lucy n’est pas toujours cohérent avec son univers, oui le scénario de Lucy est bancal, oui Lucy copie sur tous les autres films. Oui Lucy fait comme 90% des films actuels, du divertissement. Avez-vous reproché à Titanic d’être cliché ? Non ! Avez-vous dit que Django était raciste ? Non ! Donc arrêtez de crier que Lucy n’est pas intelligent. Car si Luc Besson avait vraiment traité le film de façon scientifique alors personne n’aurait rien compris.
 Les super-pouvoirs de Lucy sont aussi cohérents que ceux de Spiderman est c’est tant mieux car ça donne un bon film qui n’en pas trop mais qui est vachement joli. Si j’ai l’occasion de le voir en Dolby Atmos, j’irais !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Critique – Your Name: Kimi no Nawa – Entre Tradition et modernité

Makoto Shinkai représente pour beaucoup l’espoir de l’animation japonaise, en effet l’arrêt prochain des films de Hayao Miyasaki laisse présager des années noires pour l’industrie. Le monde de l’anime essaie de rogner sur les coups et fait souvent des productions au rabais. A côté de ça on a Shinkai, réalisateur de 5 Centimètres par secondes et Garden of Words qui fait partie de mon top 5 japonais. Et désormais Your Name alias Kimi no Na wa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Épinglez