Home » Film » [Film] Pacific Rim – Gundam vs Godzilla
Image du film "Pacific Rim"
© 2013 Legendary Pictures − Tous droits réservés.

[Film] Pacific Rim – Gundam vs Godzilla

Pacific Rim

La résistance est en marche.

20132 h 10 min
Résumé

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les "Kaiju", ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l'humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d'un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les "Jaegers", contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie. Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l'humanité n'ont d'autre choix que d'avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d'entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger légendaire, quoique d'apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l'humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Métadonnées
Titre Pacific Rim
Titre original Pacific Rim
Réalisateur Guillermo del Toro
Durée 2 h 10 min
Date de sortie 11 juillet 2013
Budget $180 000 000
Détails
Note Pas mal
Acteurs
Avec : Idris Elba, Charlie Hunnam, Charlie Day, Ron Perlman, Burn Gorman, Rinko Kikuchi, Max Martini, Robert Maillet, Robert Kazinsky, Larry Joe Campbell, Brad William Henke, Clifton Collins, Jr., Diego Klattenhoff, Santiago Segura, Jane Watson, Jung-Yul Kim, Heather Doerksen, Joshua Peace

Janvier 2013 : « Pourquoi tout le monde s’excite sur la bande annonce de Pacific Rim ? » me demandais-je alors qu’on entendait un simili de voix ressemblant à GladOS, le tout sur fond de combats de robots géants contre des monstres venus des enfers. Mon kikimeter s’affolant je tempère mes ardeurs en regardant le nom du réalisateur, Guillermo Del Toro. Pourquoi ? Parce que le grand spectacle n’est pas son fort, on se souvient des effets spéciaux de Hellboy et ses décors en carton-pâte. Del Toro son truc c’est les histoires bien foutues comme dans le Labyrinthe de Pan pas les Transformers de Michael Bay.

pacific-rim-affiche

Je rentre dans la salle en Imax avec mon cerveau actif… et je ressors avec celui-ci éteint et les yeux explosés. Pacific Rim est beau, très beau, très graphique mais voilà il n’a que ça pour lui, c’est une espèce de Monstres vs Robots à la japonaise mais avec du budget. Une énième suite à Godzilla mixé avec Evangelion dont il reprend tous les codes. Pacific Rim rentre dans la catégorie des films No Brain à très grand spectacle au même titre qu’Avengers ou Transformers, oubliant au passage de faire un scénario potable !

Pacific Rim retro
Les dents du Pacifique

Pacific Rim à rien !

Soyons clair je ne connais pas trop Evangelion, je sais que le scénario est hyper complexe. Cependant Pacific Rim ne reprend que le corps de l’anime. On retrouve à peu près les mêmes plans, la même mécanique et surtout le même fond que Evangelion. C’est-à-dire des pilotes s’interfaçant neuronalement avec leur robot (nommé Jaeger) pour aller buter de la bestiole géante, les Kaiju. Oui Pacific Rim repompe chez les japonais et fait un mix Godzilla et Evangelion le tout avec des combats dignes de Power Ranger !

Je vous laisse vous faire votre opinion avec ce trailer comparant Evangelion et Pacific Rim

L’histoire est vide et se résume, en la faisant longue, à des Kaiju envahissant la Terre via une faille spatio-temporelle et les humains les combattant avec des robots, résultat ils détruisent des villes entières. On nous sort une fin que tout le monde avait deviné dès le début du film, on retrouve la relation paternelle, l’histoire d’amour, les USA et des robots géants font office d’élément bandant en lieu et place de l’habituelle bimbo décérébrée. Le tout saupoudré par des caricatures de pseudo-geeks/fanboys et de militaire traumatisé. Le seul bon point du scénario est l’absence d’américanisme. Pour une fois c’est les Humains les vainqueurs, pas que les Ricains.

 

Dans ta gueule!

 

Pacific Rim avec graphique !

Mais le scénar ne fait pas tout, au contraire. Le film comporte finalement peu de dialogues (aucun ?) mais compense avec des scènes très dynamiques, très belles et faisant passer l’histoire au travers des plan. Pas besoin de mots pour comprendre l’évolution de l’invasion Kaiju, la détresse des habitants ou encore l’inutilité des dirigeants. Tout passe par la caméra et certaines scènes frôlent le génie.

Ce passage où Mako attends sous la pluie avec son parapluie est juste merveilleux, ou encore les vues du haut du mur rappelant la célèbre photo de Charles C. Ebbets. Mais aussi la Jaeger a terre avec la neige autour ou encore tous les scènes de combat. Quand certes tous les combats se font de nuit, souvent dans l’eau pour ainsi cacher les nombreux défauts des effets spéciaux mais cela rend les combats plus titanesques, tel des dieux de l‘Olympe, Jaegers et Kaijus s’affrontent sans tenir compte des humains, simples spectateurs de cette apocalypse.

Les Kaiju se comportent exactement comme le Godzilla de 1998 que ça en est troublant. Véritables copié-collé à grande échelle du mythe japonais dont ils reprennent toutes les mimiques tout en amenant un soupçon de multitude.

Les Combats quant à eux rappelleront en tout point ceux des Power Ranger. Avec ce gigantisme pataud définissant les grosses caisses de métal. Et même si les robots empruntent dans leur construction et leur utilisation aux EVA, on retrouve plus le physique des Megazord ou des Gundam, avec une structure plus carrée, plus brute rappelant que l’humanité a du construire tout cela en 14 mois.
Le spectateur ressent toute la lourdeur des méchas, toute la masse des monstres dans des combats faisant fi de la ville et n’hésitant pas à raser une bonne partie de la cité. Sans les effets spéciaux l’ensemble coûterait des centaines de milliards de dollars (on est pas si loin des 200 000 000 $ de budget) et Avengers devient un film de fillettes.

 

On va sauver la Terre dans nos combis Mass Effect!
On va sauver la Terre dans nos combis Mass Effect!

 

Pacific Rim pas trop !

Mais depuis le début j’ai omis de parler des acteurs. Tout simplement parce que leur présence n’est qu’accessoire. A part Ron Perlman, aucun des acteurs n’est connu et je pense qu’un Tom Cruise n’aurait servi qu’à alourdir le budget pour rien. Et pour cause ce ne sont pas les humains les héros mais bien les robots. Idris Elba sort du lot en tant que commandant en chef tiraillé par son passé mais le supposé héros Raleight (Charlie Hunnam) ne vaut que par son histoire avec Mako (Rinko Kikuchi) la fille sortant à peine de son adolescence et faisant automatiquement pensé à FF7. Le reste du casting sert de figurants, de personnages secondaires ou d’éléments comiques plutôt malvenus comme les caricatures de geeks que sont Charlie Day et Burn Gorman.

Je souhaite tout de même parler de Ron Perlman jouant Hannibal, un commerçant au marché noir. D’ordinaire personnage antipathique, il devient ici sympathique et cessé contrairement aux guignols au-dessus. Il est dommage qu’il soit encore un second rôle qu’on aperçoit peu car il apporte un peu de charisme à un ensemble qui en manque beaucoup !

Il faut dire que les véritables personnages sont les Kaiju et les Jaegers. Certes ils n’ont pas une personnalité propre mais c’est à eux que le spectateur s’identifiera car c’est eux qui se battent, qui prennent les coups. Gipsy Danger sera le personnage principal du haut de ses 79m et 1980 tonnes. Et face à lui des  dinosaures immenses, dangereux aux capacités faisant pâlir les pires Wyverns de Monster Hunter, car c’est finalement ce que ressent le gamer, une chasse aux dragons géantes avec des proportions nouvelles.

 

Au final on ne sait plus trop quoi penser de Pacific Rim, pas intello pour un sou, aucune tête connue à part Del Toro connu des cinéphiles et Ramin Djawadi composant la musique et qui est sorti de l’ombre avec la B.O de Games of Throne. C’est un film de robot classique mais avec plus de budget, des caméras RED, un soupçon d’effets 3D et de la destruction à tout va. Ca diffère en rien d’une saison de catch sur W9 mais ça pète les yeux. C’est clair c’est beau ! C’est du gros cinéma à défaut d’être une œuvre à avoir chez soi mais pourquoi pas mettre ça en fond de soirée bien arrosée ou avec les copains geeks. Y a pas à dire, les robots c’est bandant !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Critique – Your Name: Kimi no Nawa – Entre Tradition et modernité

Makoto Shinkai représente pour beaucoup l’espoir de l’animation japonaise, en effet l’arrêt prochain des films de Hayao Miyasaki laisse présager des années noires pour l’industrie. Le monde de l’anime essaie de rogner sur les coups et fait souvent des productions au rabais. A côté de ça on a Shinkai, réalisateur de 5 Centimètres par secondes et Garden of Words qui fait partie de mon top 5 japonais. Et désormais Your Name alias Kimi no Na wa !

2 commentaires

  1. Salut, je viens de découvrir ton blog et j’ai déjà lu les articles (et vu la vidéo très intéressante) sur le sexe au Japon ainsi que ta critique sur Pacific Rim. J’ai également vu ce film, deux fois même et et bonne poire spectatrice, j’ai adoré, scénario ou pas j’ai éteins mon cerveau et j’ai bavé tout du long tellement je l’ai trouvé épique. Je ne suis pas d’accord sur tout dans ton article mais qu’importe ! Je voulais juste faire une remarque sur l’une de tes critiques :  » Le seul bon point du scénario est l’absence d’américanisme. Pour une fois c’est les Humains les vainqueurs, pas que les Ricains. » Là je ne suis absolument pas d’accord, peut-être ne t’en rappelles-tu pas, mais à la fin du film, à la toute dernière scène, quand les capsules de sauvetage des 2 héros ressortent de l’eau, il y a 2 énormes « USA » inscrits sur celles ci, histoire de pas louper. A partir de là ça fait un gros rappel « hep, nos sauveurs de l’humanité SONT américains »
    Voilà, je voulais juste le signaler, sans vouloir t’importuner ! Sur ce je vais continuer de lire ton blog qui m’a l’air génial et te souhaite une bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Épinglez