Home » Film » [Film]Hunger Games 4 : La Révolte – De Panem à Paname

[Film]Hunger Games 4 : La Révolte – De Panem à Paname

Hunger Games : La Révolte, 2ème partie

Le feu brûlera à jamais

20152 h 17 min
Résumé

Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène…

Métadonnées
Titre Hunger Games : La Révolte, 2ème partie
Titre original The Hunger Games: Mockingjay - Part 2
Réalisateur Francis Lawrence
Durée 2 h 17 min
Date de sortie 18 novembre 2015
Budget $160 000 000
Détails
Note Moyen
Images
Aucune image importée pour ce film.
Acteurs
Avec : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Julianne Moore, Philip Seymour Hoffman, Jeffrey Wright, Stanley Tucci, Donald Sutherland, Willow Shields, Sam Claflin, Jena Malone, Mahershala Ali, Wes Chatham, Natalie Dormer, Elden Henson, Evan Ross, Patina Miller, Paula Malcomson, Stef Dawson, Meta Golding, Gwendoline Christie, Robert Knepper, Omid Abtahi, Eugenie Bondurant, Sarita Choudhury, Brandon Cyrus, Michelle Forbes, Thomas Blake Jr., Gary Sievers

Parmi les films fantastiques pour adolescents, tous les sagas oscillent entre le moyen et le très mauvais, n’est pas Harry Potter qui veut. Et l’adaptation cinémascope de la saga de Suzanne Collins déroge quelque peu à cette règle. Pourtant ce n’était pas gagné car je trouve le roman très mal écrit bien que l’intrigue soit intéressante.  Si on a tardé le premier Hunger Games de Battle Royale pour adolescents hipsters hémophobes, le film s’en sortait au final pas mal et détonnait grâce à son esthétique digne de la Fashion Week. Le second épisode essayait de se renouveler en plaçant l’intrigue au centre de l’œuvre tout en proposant un Hunger Games différent des autres et chaotique. J’avais donc attendu avec impatience le 3ème film, censé clôturer une trilogie.

hunger-games-la-revolte-partie-2-photo-55b10bec7e89c

Mais comme toute trilogie actuelle il est commun de diviser l’épisode final en deux parties, ce qui divisera d’autant la note finale des films. Car autant être clair, Mockingjay Part 1 était une sombre bouse délayant durant 2h les sentiments de la pauvre Katniss, dévastée par la perte de Peeta et utiliser comme actrice par la Rébellion. Ce qui aurait pu être dit en 10 min est montré durant 2 longues heures durant lesquels on a le temps de piquer dix fois du nez. Rajoutez à ça des nouveaux personnages qui, au-delà des têtes connues, n’apportent strictement rien au scénario et on a là le pire épisode de la série. Et puis les scènes d’action sortent de n’importe où, il se passe un truc de dingue qui n’a en aucun cas était prévu et qui n’aura aucune réelle incidence sur la suite. Non faire un money-shoot pour faire un money-shoot n’est pas une bonne idée, c’est pour cela que Transformers 4 est une sombre bouse. La Révolte Partie 2 a donc fort à faire pour nous faire oublier ce cuisant échec.

Guerre scénarisé et diffusée

Décidemment Hunger Games sort toujours au mauvais moment, après les attentats de Novembre, difficile de regarder ce film sereinement, certaines scènes faisant trop douloureusement écho aux récents évènements. Mais cela offre une double lecture plus facile de l’œuvre que je vais tenter de vous expliquer. Mais avant ça je vous conseille de vous taper le film Partie 1 parce que je vais spoiler et sans ça, impossible de tout comprendre

Katniss est donc allé sauver son chéri Peeta après avoir tué plein de monde en tournant ses spots de pubs, mais promis c’était pas fait exprès ! En plus d’avoir un charisme de bulot cuit, Peeta Mellack est devenu encore plus con et inutile qu’avant. Donc Katniss veut tuer le président Snow pendant que la Rébellion marche sur le Capitol.

Comme à Panem on adore la télé réalité, elle est suivie pendant tout le film par Nathalie Dormer qui tourne des vidéos pour PanemTube. Comme ça on encourage encore plus la Révolution. Globalement le film ne se prend pas trop la tête et mise tout sur l’action, le but étant de montrer le coté badass de l’héroïne cette fois-ci (ce qui n’empêche pas de parler des relations amoureuses et sociales de la belle).

196339.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ça marche pas mal, Katniss essaie de remettre en question son univers (enfin essaie durant 3 sec avant de redevenir totalement conne) mais n’arrive toujours pas à sortir de son rôle d’adolescente. « OMG je suis énervé car mon copain est lobotomisé, mais j’arrive toujours pas à savoir si je l’aime ou pas ». Elle e demande en gros si elle doit suivre la Rébellion ou si elle est trop instrumentalisé (oui elle est un peu conne je vous dis).

Un mort? Pas grave!

On retrouve le coté Hunger Games très orchestré et cela rend plus pas mal, c’est une fuite en avant continuelle avec une vraie remise en question des actions et de beaux moments de bravoures, certaines scènes nous collent au siège. A l’inverse le film nous sort des ennemis totalement incohérents avec l’univers, ils arrivent comme un cheveu sur la soupe. De même que foutent les pièges dans une ville, qui plus est la capitale de Panem, genre les habitants sont en sécurité mais pas les héros qui pourtant passent au même endroit. La cohérence bordel, elle est où la cohérence.
Et puis c’est quoi ces flashbacks qui n’en sont  pas, parfois les héros parlent d’une situation qui est censé expliquer une autre datant d’il y a deux ou trois films, sauf qu’à aucun moment ils ne remontrent la scène en question à l’écran. T’es donc censé t’en rappeler en tant que spectateur, et forcément tu te demandes de quoi ils parlent.
Et puis traite correctement les personnes secondaires, on a l’impression que seuls Peeta et Katniss sont important, on en a rien à foutre des autres, limite le film ne rappelle pas leurs prénoms et leur mort est totalement anecdotique ; « ah tiens il est mort, bon tant pis on avance » ; non, non et non, tu le connais ce personnage, tu ne peux pas le faire mourir sans utiliser par la suite sa mort, c’est quoi cette réalisation complètement à la ramasse.

Certaines scènes faisant trop douloureusement écho aux récents évènements

Alors qu’à coté le fond de l’histoire est bon, ça parle de guerre, de vengeance, d’une justice pas si juste que ça, des intérêts personnels de chacun. Si la plupart des rebondissements sont attendus, ils sont bien retranscrits et correctement exécutés. C’est finalement très scolaire et sans prise de risque.

Comment ne pas parler des attentats du 13 et 18 Novembre en visionnant ce film, certaines scènes font directement penser à cette tragédie et le ressenti de certains passages de Hunger Games devient extrêmement fort, et met véritablement très mal à l’aise, accentuant ainsi la lecture de l’acte suivant. A un moment j’ai hésité à sortir de la salle tellement j’étais mal. A cause de ça, les héros deviennent presque des terroristes, des marionnettes de Daesh.

422585.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La mise en scène, correcte mais inégale, dépense parfois trop dans des décors immenses mais inutiles alors que d’autres scènes auraient mérités une exposition plus travaillée. A force de vouloir rester dans le coté jeu on finit par montrer Intervilles à Panem, non tu ne peux pas faire mourir plein de monde et juste après faire rigoler tous les héros, non parler des histoires amoureuses des gens dans de telles situations est totalement con. Tu veux montrer la guerre ? Montre la guerre, on s’en branle des histoires annexes qui en plus ne servent à rien. Alors oui c’est surement comme dans les bouquins mais quand t’es réalisateur il faut prendre des risques, imaginez le reste de l’histoire au lieu de coller aux mots du roman.

Ce film c’est un peu un gâteau qu’on aurait loupé avec la recette sous les yeux, tous les ingrédients sont là, un scénario correct, une belle image, une esthétique crade et un univers sombre et violent mais le réalisateur se foire sur le mélange. Au lieu d’aller au bout de l’horreur, de tirer parti  d’une mort, il met de l’eau dans son vin, passe à autre chose, reste trop grand public. Résultat on reste sur notre faim, on ne retient rien, pire on est perdu lors de certaines transitions.

J’ai apprécié Hunger Games La Révolte Partie 2 mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable. Je pense sincèrement que Francis Lawrence aurait gagné à faire qu’un seul film et clore en beauté la trilogie. Ici il multiplie les temps-morts, les tires-larmes que Jennifer Lawrence n’arrive pas à bien interpréter. Et c’est dommage car la technique est impeccable, l’univers est sombre comme jamais et le scénario reste correct mais à côté de ça la mise en scène et les situations sont à chier.. On est content que ça se termine et on ressort avec le sourire mais seuls les deux premiers films auront leur place dans notre filmothèque.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Critique – Your Name: Kimi no Nawa – Entre Tradition et modernité

Makoto Shinkai représente pour beaucoup l’espoir de l’animation japonaise, en effet l’arrêt prochain des films de Hayao Miyasaki laisse présager des années noires pour l’industrie. Le monde de l’anime essaie de rogner sur les coups et fait souvent des productions au rabais. A côté de ça on a Shinkai, réalisateur de 5 Centimètres par secondes et Garden of Words qui fait partie de mon top 5 japonais. Et désormais Your Name alias Kimi no Na wa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Épinglez