Home » Analyse » Playstation Experience ou comment préparer Noël
playstation experience 2015

Playstation Experience ou comment préparer Noël

Si le milieu de l’année cristallise tous les regards de la presse vidéoludique, les fins d’année commencent à devenir riches en actualités. Si l’approche de Noël est un facteur de ventes énormes, il faut aussi préparer l’année suivante et rassurer le consommateur que son nouvel achat sera bel et bien alimenté en jeux.

C’est Nintendo qui a ouvert le bal avec son traditionnel Nintendo Direct, dernier vrai tour d’honneur pour une WiiU en berne et une 3DS désormais vénérable. Le futur s’appellera NX et Nintendo continue de cultiver le secret avant l’annonce pour 2016.

Playstation-Experience-2015

A l’inverse Sony se décide à griller tous ses cartes pour pousser l’acheteur vers sa PS4 désormais lancée sur un rythme de croisière. Avec le Playstation Experience, le constructeur s’assure une couverture médiatique importante au moment des achats de Noël. Le but n’est pas de montrer des nouveaux projets mais de vendre les jeux dispos sous peu.

Et le trailer de lancement de la conférence confirme cela, il joue sur l’émotion, sur la multitude de jeux disponibles dans l’univers Playstation. Rentrer dans ce nouveau monde c’est partir à la rencontre de nouveaux héros et de nouvelles expériences disponibles uniquement chez Playstation.

 

Le RPG comme locomotive du hype train.

Si concrètement la conférence Playstation Experience était relativement mauvaise et ennuyeuse, elle a parfaitement rempli son rôle de guide d’achat. Et a su consolider l’aura de la PS4.

Mettre un trailer de gameplay de Final Fantasy VII Remake est une idée de génie. C’est fort et ça joue sur la hype déjà considérable du jeu. Alors que d’aucun n’aurait pensé voir une once de jeu avant 2016, Square Enix montre que son bébé est déjà bien avancé tout en précisant les points obscures pour les joueurs. Fini donc le tour par tour, on continue sur la lancée new edge de la licence, c’est-à-dire l’action RPG. En soit ce système de jeu fait beaucoup penser à Final Fantasy XV et surtout Crisis Core : Final Fantasy VII qui se déroule dans le même univers. Plus que ça, il rassure les fans via une plastique parfaite et des personnages bien modélisés. De quoi faire sauter de joie tous ceux qui rêvaient d’un Final Fantasy avec les graphismes du film Advent Children.
Anecdotes étonnantes, le jeu ne sera pas réalisé avec le très couteux moteur Luminous Engine de Square Enix, celui de Final Fantasy XV, mais avec l’Unreal Engine 4. Et cela parce que le développement de Final Fantasy VII Remake a commencé il y a bien longtemps ; presque 10 ans, avec celui de Final Fantasy XIII en fait, déjà que celui-ci a pris du temps ! Et cela colle bien avec les propos de Hironobu Sakaguchi parlant d’un développement très long et couteux si FF7 devait être refait.

Toujours coté RPG, c’est Level-5 et Ghibli qui ont surpris un peu leur monde avec le trailer de Ni no kuni 2 : Revenant Kingdom. Honnêtement on ne pensait pas revoir la fable vidéoludique du Studio Ghibli, avec un faible démarrage au Japon et un jeu peu suivi outre atlantique, le jeu était destiné à disparaitre et pourtant l’Europe réussi à faire monter le titre à 1.47 millions d’exemplaires vendus. Fort d’une direction artistique mignonne et aguicheuse et servie par une musique de Joe Hisaishi, il n’est pas étonnant que les européens aient succombés au charme. Le gameplay était cependant un peu poussif et l’histoire trop enfantine. Ce nouvel opus semble un poil plus noir.

Le Playstation VR, aguicheur mais peu vendeur.

Bien sûr le véritable but de cette Playstation Expérience était de mettre en avant son casque de réalité virtuelle, le Playstation VR, auparavant Morpheus. Si déjà lors de la Paris Games Week le titre a eu bien du mal à me convaincre, cette conférence continue de me rendre sceptique. Comprenons-nous bien, ce n’est pas tant la VR qui me blase que les démos présentées qui me rappelle les présentations de Kinect ou du PS Move. Des jeux gadgets jouables quelques minutes avant d’être mises au placard. A l’image de Golem, expérience onirique surement semblable à Journey ou Eagle Flight de Ubisoft où l’on contrôle un aigle dans le Paris made in Assassin’s Creed, les jeux VR semblent manquer d’intérêt ludique ou de jouabilité. Certes c’est beau et à n’en pas douter, très immersif mais est-ce que la rejouabilité sera là passée l’effet waouh ? Je ne pense pas !

A coté de ça on peut retrouver un certain nombre de jeux dédiés au casque PS VR comme RIGS, Ace Combat 7 ou EVE Valkyrie. Là l’immersivité est totale puisque le joueur prend directement place dans la peau du pilote. Cependant un nouveau problème fait son apparition, le Motion Sickness ; comprendre le syndrome qui embrouille ton esprit au point de te faire vomir ton petit déjeuner après une session de jeu. J’y reviendrais plus en détail dans un prochain article mais je l’ai particulièrement ressenti sur RIGS où justement le joueur est maitre de tous les mouvements de son personnage et à tendance à perdre son référentiel spatial. Si le corps ne bouge pas, le cerveau pense qui si et le retour à la réalité s’avère du coup bien brutal.

Et c’est bien là le nerf de la guerre pour la Réalité Virtuelle, proposer la meilleure expérience possible pour l’utilisateur sans pour autant se cantonner aux simples rails-shooter comme The London Heist (retour de la série The Gateway) ou Until Dawn : Rush of Blood qui fonctionnent admirablement bien sur ce genre de casques.

Serait-on blasé ?

Parfois on se sent au final un peu blasé lorsqu’on finit par ne plus être heureux face à des trailers comme Uncharted 4 pourtant hyper réaliste. On encore par le poil soyeux d’un Ratchet & Clank exemplaire. Clairement au travers de toutes ces suites et ses remakes il est parfois difficile de discerner la prochaine IP prometteuse de la PS4. Je pencherais personnellement vers Ni-Oh fait par la Team Ninja, ô c’est très vieux, ça date de 2004 mais cette mouture de Dark Souls sauce samurai est plaisante. Au moins le héros est rapide, le gameplay est plus simple mais l’univers reste immersif et puis ça rappelle un peu Onimusha et Onimusha c’était bien. A l’inverse le nouveau REZ sort de nulle part juste pour surfer sur la vague VR, oui REZ était bien… y a 10 ans, ici on va juste finir par être drogué visuellement et atomisera les pauvres épileptiques. Pareil la scène des développeurs cloisonnés dans leur garage obtient une bonne place sur la console de Sony et permet d’expérimenter de nouveaux gameplays sans se perdre en couts graphiques.

Le pire c’est que 2016 s’annonce comme une année extraordinaire pour la PS4, Uncharted 4 arrivera rapidement, la VR semble destinée pour la fin d’année (si l’un des acteurs se décide à avancer un prix), Destiny continu d’apporter du contenu, les japonais abreuvent la console avec Kingdom Heart 3, les Final Fantasy et peut-être The Last Guardian. Et pourtant cette impression de vide persiste.

 

Défi réussi pour Playstation, faire parler de lui, mettre encore plus sa PS4 sur le devant de la scène tout en s’imposer comme un acteur majeur du marché de la VR à venir. Les spectateurs partant rapidement par ennui auront retenu et vu Final Fantasy VII Remake et c’est le principal. Il faut maximiser les ventes de ce titre aux coûts phénoménaux. Nous on retiendra une conférence un poil poussive et quelques fails, mais rien de gênant pour le propriétaire de PS4. Par contre pour la Vita…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Microsoft annonce une manette pour joueurs handicapés

Microsoft a fait une grande et belle annonce, une manette pour personnes handicapées, le Xbox ...

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Enregistrer