Home » Handicap » Pokemon Go: vecteur de développement pour personne handicapée
Jouer à Pokemon Go en étant handicapé

Pokemon Go: vecteur de développement pour personne handicapée

Pokémon Go est un vrai phénomène de société, c’est impressionnant de voir tous ces gens jouer, discuter, vivre au travers de Pokémon. Des profils totalement à l’opposé de la cible cotoie des geeks prêts à tout pour les attraper. Et les personnes handicapées dans tout ça ? Ne sont-elles pas exclues de toute cette folie Pokemon Go ?

Lève toi et marche !

Handicap et jeux video

Prenant d’abord mon propre exemple, j’ai un léger handicap moteur, problème à la main gauche, incapable de courir et ayant un équilibre fragile. La plupart du temps je reste chez moi à lire et jouer ou regarder des vidéos. Loin d’être un grand sportif, le fait de marcher accentue le risque de chute, globalement je tombe assez souvent en me blessant légèrement.
Je suis le profil type de joueur un peu exclu de Pokémon Go, et pourtant… Et pourtant, le jeu m’a fait reprendre la marche, le sport, les joies des balades en villes et dans les parcs. Le weekend je marche toute l’après-midi, parcourant d’allées en allées le parc de la Villette à la recherche de Minidraco !

Alors oui je tombe souvent, je me blesse beaucoup, mais j’y retourne car la vie de dresseur est difficile. Combien de fois Sacha s’est mis en danger pour Pikachu dans l’anime Pokémon ? S’est blessé et s’est relevé pour mieux capturé un nouveau compagnon. Le dessin animé a bercé notre jeunesse et nous a donné des leçons de persévérance que l’on ré-applique aujourd’hui.
Mes stats de marche sont assez folles, 150km parcourus dans Pokémon Go en un mois, le quota conseillé de 10 000 pas par jours quotidiennement explosé, plus de 180 km à pied fait en réalité. Plusieurs parcs traversés, presque toutes les lignes de métro prises. Et plus de 130 Pokémons au compteur dans le Pokédex.

Comme quoi les limitations physiques n’empêche pas forcément de jouer, c’est qu’une question de volonté. Malgré la fatigue je sens que mon corps se réhabitue à marcher et gère mieux mon équilibre.

Pokéball qui roule, amasse des monstres !

Bon faire une généralité à partir d’un exemple ne représentant qu’une minorité n’est pas une bonne idée. Pour les personnes en fauteuil, Pokémon Go peut paraître une application très frustrante, il faut beaucoup bouger, visiter des endroits très différents. Difficile de s’organiser et de jouer régulièrement dans ces conditions.

Mais je dois dire que le jeu motive à bouger, à se balader entre amis. Pokemon Go est suffisamment populaire pour se trouver un accompagnateur pour venir passer quelques heures dans un parc. Et une fois dans une zone de chasse fournie en Pokestops et en Pokemons il suffit de se poser près de leurres gentiment posé par d’autres joueurs et profiter des joies du lancer de Pokeballs.

Pokémon Go a cette faculté de pouvoir s’apprécier de différentes manières, statique autour de leurres avec un groupe d’amis ou en mouvement à la recherche des pokemons sur le radar. Et via cela on se sent revivre, appartenir à une toute nouvelle communauté qui va accepter nos différences comme si elles n’existaient pas.

C’était à la Villette, j’ai vu un couple arriver, la jeune femme était en fauteuil. Au début ils étaient un peu à l’écart de l’attroupement mais lorsqu’un Sabelette fut signalé, le mec est allé se renseigné sur son emplacement auprès d’autres joueurs, et ceux-ci les ont accompagnés et attendus.

Pour ma part je me suis baladé avec un collègue et lorsqu’on a eu vent d’un Tortank à 800 m de là, mon ami a pris mon téléphone et couru pour le capturer pour nous deux. Pokémon Go créé de nouvelles situations et des liens que je ne pensais pas forcément possible avant.

Vaincre la barrière du handicap mental et de l’isolement

Pokemon go et handicap mental

Peu de jeux permettant d’éveiller une personne handicapée mentale et bizarrement Pokémon Go en fait parti. On savait déjà que les licences japonaises comme Pokémon et Yokai Watch était allègrement jouée par les enfants autistes et permettaient de sortir l’enfant de son mutisme.

Pokémon Go va encore plus loin, animant la personne d’une nouvelle énergie et d’’un nouveau but l’amenant à aller vers les autres.
J’en veux pour preuve le cas Ralphie, un gamin de 6 ans qui suite à sa première chasse s’est mis à vouloir sortir plus souvent et surtout à pu rencontrer un jeune garçon de son age et sociabiliser avec.

Quand l’on sait comment les enfants de cet âge sont prompt à mettre de côté tout enfant différent d’eux ! C’est une petite révolution.

De même au Japon où le gouvernement vit une véritable révolution des hikikomori, des japonais vivant en retrait de la société. Le premier ministre s’est félicité de voir ces personnes sortir dehors, sociabiliser et reprendre gout à la vie en communauté

Fake GPS and chill

fake-gps-pokemon-go

Le dernier point que je voudrais soulever est la triche. Utiliser un faux GPS et rester devant son PC pour jouer peut être une solution. Perso je triche assez souvent pour avancer dans mes jeux, ça me permet de pas galérer à cause d’une maniabilité peu adaptée à l’handicap.
Je suis partagé concernant les fake gps, d’une part c’est une bonne chose pour ceux habitant loin d’une zone fréquenté ou dans l’incapacité de se déplacer. Mais d’autre part ça ruine l’intérêt principal du jeu, les rencontres.

Néanmoins cela permet aussi de profiter de l’aspect ludique de Pokémon Go, de découvrir de nouveaux endroits via les Pokestops. Une forme de tourisme virtuel en quelque sorte. Et en s’organisant bien, la personne jouant depuis chez elle peut servir de copilote aux autres se baladant en ville.

De même il est nécessaire de parler de Pokevision où tout autre outil pour repérer les pokemons. Si pour une personne valide cela ruine un peu le jeu, pour quelqu’un ayant des difficultés c’est pratique, cela évite de se fatiguer en multipliant les allers-retours infructueux.

 

Pokémon Go est une petite révolution, à travers un jeu solitaire, les gens sortent, se rencontrent et tout devient communautaire. Si tout n’est pas parfait, Niantic a réussi à faire un jeu touchant tous les joueurs. Espèrons que le développeur prendra en considération les joueurs ne pouvant pas se déplacer et ne supprimerons pas toutes les features intéressantes.

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Microsoft annonce une manette pour joueurs handicapés

Microsoft a fait une grande et belle annonce, une manette pour personnes handicapées, le Xbox ...

Un commentaire

  1. Pour ma part, je trouve que même si le concept est génial, il y a un réel soucis de mise en place de l’univers.
    Les spawns de Pokémon étant communs et non individuels, cela a déjà commencé à créer des situations ridicules où des centaines de personnes se ruent dans Central Park et autres.

    Cela soulève également le problème de la répartition des Pokémon et Pokéstops, qui favorisent énormément les grandes villes et n’en a guère des campagnes. Là où tout l’intérêt de ce genre de jeu serait de pousser à l’exploration de forêts, de sentiers, de collines et autres, les gens ne se baladent qu’en ville, allant de Pokéstop en Pokéstop. Certes, c’est social, mais pas du tout aventureux.

    Pour moi, Pokémon Go serait bien plus intéressant si les Pokémon étaient instanciés et individuels à chaque appareil, avec une possibilité de groupes par exemple.

    Mis à part ça, l’idée est bonne et je suis ravi de voir que cela peut motiver ceux pour qui le sport et l’activité physique peut être une frayeur, voire un danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Enregistrer