Home » Jeux vidéo » Test Pokemon Noir et Blanc 2: entre marketing, nostalgie et innovation
pokemon noir et blanc

Test Pokemon Noir et Blanc 2: entre marketing, nostalgie et innovation

Pokemon, collectionnez-les tous, c’est mon histoire, ensemble pour tout avoir, Pokemon, Rien ne nous arrêtera, Le marketing triomphera POKEMON.

15 ans plus tard je suis toujours le premier à faire des conneries, et à avoir une demi dure en entendant parler de ma licence favorite.  Avec un pouvoir marketing mieux rodé que celui des Call of Duty, Pokemon, en plus d’être intemporel, se taille la part du lion au pays du soleil levant.

Un an après Noir et Blanc, véritable reboot assumé de la saga, Junichi Masuda annonça Noir et Blanc 2 alors que tout le monde attendait Pokemon Gris histoire de respecter la trinité. Car Pokemon est une histoire de dualité, deux jeux pour chaque nouvelle génération avec seulement quelques différences. Forcément les enfants, crédules, demandent souvent les deux versions à leurs parents et quelques mois plus tard sort l’épisode complémentaire, sorte de modérateur des deux autres versions. Ainsi Giratina contiendra Dialga et Palkia, les légendaires répondent toujours à la règle de la trinité et de l’équilibre des types. Et pourtant l’équilibre se retrouve brisé et offre ici une réalité alternative.

Une nouvelle aventure s’offre à toi !

Pour comprendre cela je vous propose un léger aperçu du scénario qui vous spoilera cependant Pokemon Noir et Blanc premier du nom :

N a fait une connerie, à force de vouloir libérer tous les Pokemons avec la Team Plasma, il a réveillé Kyurem, complémentaire de Reshiram et Zekrom, plongeant ainsi Unys dans le chaos. 2 ans plus tard, un nouveau dresseur part à l’aventure et se retrouvera face à des évènements qui le dépassent.

Mais pour pouvoir vendre deux fois plus de jeux, Kyorem pourra prendre deux formes, Kyurem Noir et Kyurem Blanc , pour pouvoir combattre ses frères. A noter la présence d’une forme ultra cheatée, l’Overdrive. Je pense que cela n’était pas nécessaire, il aurait été plus agréable de ne sortir qu’une seule version mais avec tout de même  une nouvelle aventure.
Je vous rassure Pokemon Noir et Blanc 2 se déroule deux ans après le premier, Tcheren et alors devenu maitre d’arène et Bianca est au service du professeur Keteleeria (le prof Chen de cet opus). Pour donner l’impression de ne pas faire le même jeu, nous commençons à l’exact opposé de la carte dans la bourgade de Pavonet. Cette fois-ci notre rival sera bien plus présent et nous guidera au travers des premières quêtes posant les bases du scénario.

Actuellement au quatrième badge, je trouve qu’on est beaucoup moins libre de nos mouvements, les zones sont plus petites et l’aventure est extrêmement dirigée, je vous rassure, le rythme s’accélère par la suite et vous aurez toute la liberté d’explorer (au passage on trouve de nouveaux lieux de mini-jeux et de combats online).  Et pour ceux qui s’ennuie le monde regorge de Pokemons avec 300 au compteur (les 156 de la 5ème génération et d’autres au pif). Par contre – et là je m’indigne – il n’y a pas Pikachu, qu’est-ce que vous avez fait, vous voulez tuer la licence c’est ça ?

Je suis mauvaise langue, il y a l’absurdité qu’est le Poke Fret, mais il vous faudra recapturer vos anciens Pokemon.

Version 2.0 1/2

 

Cette version corrige les défauts de la précédente sous couvert de nouvel opus. Concrètement l’aventure n’est pas bien différente et les zones ont juste subis un petit lifting. On avait reprocher à Pokemon Noir et Blanc de vouloir justement trop faire dans le reboot en ne mettant que des Pokemon de nouvelle génération et rebutant alors tous les vieux de la vieille attachés au design des premières générations ; désormais on pourra donc rencontrer des vieilles connaissances comme Wattouat ou Lucarip dès le début du jeu. Le jeu est trop dur pour les nouveaux venus ? C’est bon le palier est baissé et deux nouveaux modes de difficultés voient le jour.

Une fois le jeu terminé (la ligue battue) on débloque le mode Facile dans Blanc 2 et Challenge dans Noir 2. Le premier permettra aux grands de faire découvrir le jeu (ou de le finir avec un seul Pokemon) tandis que le second augmente le niveau des Pokemon rencontrés et ajoute pas mal de difficulté pour les vrais dresseurs. Par contre ce mode n’est disponible qu’une fois la ligue battue. C’est quoi cette habitude de New Game + de merde histoire de rallonger artificiellement la durée de vie, filez nous les modes de difficulté dès le début, surtout le mode facile quoi, je ne vois pas trop l’intérêt de galérer afin d’avoir enfin le mode facile. C’est comme si on te demandait de courir avant de marcher. Désolé mais c’est con !

Le jeu de base était trop court et pas assez interactif ? Désormais tu as des boutiques, des arènes et pleins de trucs sociaux pour t’amuser avec tes amis. Le Pokewood est d’ailleurs très marrant et permet de faire des mini-films (non un mâle et une femelle ça fait pas forcément un bon film).

Par contre je n’ai toujours pas compris l’intérêt de ne pas sortir Pokemon Noir et Blanc 2 sur 3DS alors que la console possède un bon parc (surtout au Japon). Résultat nous voici avec le PokeRadar sur l’eShop 3DS, pour 3€ vous pourrez ainsi récupérer des légendaires et des objets (entre autres), pour faire simple ce DLC déguisé augmente l’aspect social et collectionnite du jeu. Ce n’est pas trop cher.

En soit le jeu apporte beaucoup de nouveautés, de nouvelles zones et revient aux bases que les fans aiment tant. Ce n’est pas vraiment une version 1.5 car l’aventure est plutôt nouvelle mais le scénario fait trop de références à Pokemon Noir et Blanc, nous rappelant ainsi qu’on est faible comparé à notre prédécesseur. On reste tout de même avec un gout de déjà-vu mais moins qu’avec les versions précédentes.

Pognon go ! Attaque : Repasseàlacaisse

Pokeradar

Sur Twitter on m’a fait une très bonne réflexion, Pokemon Noir et Blanc 2 est une sorte de DLC. Je parlerais plus de spin-off mais l’effet est le même.  Mini-jeux, trucs dérivés, sous-produits, adaptations. Outre les épisodes canoniques sortant tous les trois ans environ, la licence sort 3 ou 4 jeux par an. De Pokemon Snap à Stadium en passant par Donjon Mystère et A la conquête du clavier, seul les FPS ne sont pas touchés par la Pokémanie.  Parfois la licence se perd dans cette overdose de jeux et certains tiennent plus du mini-jeu juste sympa qu’au hit valant ses 40 boules.

Et que penser des doubles versions, voir triples, disponibles pour chaque jeu ! Seules les bestioles attrapables changent selon les versions. Le pire c’est que certains achètent sans problème les deux jeux (non pas moi 😮 ). C’est une espèce de contenu supplémentaire facturé au prix fort. Rappelons d’ailleurs que les jeux Pokemon baissent jamais de prix même 4 ans après leur sortie.

A l’heure des DLC hors de prix, personne ne crie contre cette pratique pourtant vieille de 15 ans chez Nintendo. Rajoutez à cela des graphismes encore dignes de la GBA et pas mal de bugs ou d’optimisations parfois malvenues. On a beau gueuler contre un certain Call of Duty mais notre licence favorite ne fait pas mieux à ce niveau et Pokemon Noir et Blanc 2 le prouve encore une fois.

Dresseur Donwar tient « Ame d’enfant »

La fameuse 3DS XL sortira aussi chez nous pour mon plus grand bonheur

En effet on pardonne tout à Pokemon,  depuis 1996, les jeux s’enchainent et j’empile dans les étagères. Je vais même jusqu’à acheter des consoles et de nombreux produits dérivés. La série part sur sa 16ème saison avec  plus de 700 épisodes, le jeu de carte continue d’être joué en tournoi et plus d’un adulte retombe en enfance. Ce jeu qui a façonné des générations de gamins, qui a appris à certains à lire et à réfléchir, est rentré au panthéon des intemporels vidéoludiques, ce n’est pas une question de graphismes mais de gameplay et  de nostalgie.

La preuve on n’arrive pas à s’adapter aux nouveaux Pokemons tous plus moches les uns que les autres alors que notre Grotadmorv ne faisait pas mieux niveau inspiration. Pokemon a évolué, a grandi pour s’adapter tant à l’ancien qu’au nouveau public. Le scénario parle d’esclavage, de violence, les termes sont forts et les dialogues sont tous à double ou triple sens.

Quand j’étais gosse j’avais dit à ma nounou que j’aimerais Pokemon toute ma vie ; ça n’a jamais été aussi vrai !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux si celui-ci vous a plu!

A Propos Donwar

Gamer handicapé de 25 ans, j'analyse le monde du jeu vidéo depuis un moment et aime observer son évolution. J'aime tout autant l'écriture que la vidéo.

Check Also

Microsoft annonce une manette pour joueurs handicapés

Microsoft a fait une grande et belle annonce, une manette pour personnes handicapées, le Xbox ...

2 commentaires

  1. Haaaaa tellement vrai tout ça! Et c’est une pokéfan qui parle :3 J’ai vraiment hâte d’avoir Noir ou Blanc 2 et de m’y mettre o/

  2. J’en suis au 3e badge là et j’avoue que pour le moment, je suis perplexe.
    Le rival qui m’aide, le vélo qu’est donné alors qu’avant il était caché, etc.

    ça me parait bien simple !
    j’espère que ça va se réhausser ensuite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+1
Tweetez
Partagez
Enregistrer